View Sidebar

Post Tagged with: informatique

Comment faire un init.d pour un de ses script ?

Comment faire un init.d pour un de ses script ?

Aujourd’hui, on va voir un article très simple (niveau unix débutant)
c’est un template relativement court mais bougrement pratique et qui sert assez régulièrement.

Simple ? mais qu’est ce que c’est ?

Ce script permet de lancer ses programmes via /etc/init.d et de fournir les commandes par défaut start/stop/restart comme pour n’importe quel daemon linux.

2 septembre 20130 commentsRead More
Il était une fois, de rapides optimisations web

Il était une fois, de rapides optimisations web

Et ça continue,

Partie 1 : Présentation de proxmox et de la virtualisation
Partie 2 : Configuration du réseau interne
Partie 3 : Un petit Stress test pour la route
Partie 4 : Quelques optimisations Webserver
Partie 5 : HTTPS et IPV6
Partie 6 : Le Monitoring
Partie 7 : Les Backup

Il y a trop de tuto contradictoires sur le net dès que ça parle optimisation

Dans cette partie, on va laisser proxmox et le réseau de coté pour se concentrer sur la VM qui fait office de serveur web.
On va s’attaquer à un peu tous les éléments d’un serveur qui impacte le temps de rendu d’un site : Mysql/Apache2/PHP/Wordpress

Bon pour premièrement, on va utiliser une commande assez simple permettant de vérifier nos optimisations.

ab -t30 -c5 //blog.mondomaine.com/

C’est un tools de Apache nommé ApacheBench et qui permet de faire plein de requêtes sur une url unique.
C’est beaucoup moins réaliste et complet que le test précédent, mais ça peut se faire en local et c’est simple à lancer.
Vous pouvez le relancer en boucle à différents point du tuto pour suivre l’évolution de perf.

Ajoutons quelques tools

Installation de Memcache & Xcode :

aptitude install libcache-memcached-perl php5-memcache memcached
aptitude install php5-xcache

Et modifier /etc/php5/conf.d/xcache.ini

xcache.size = 64M
23 août 20131 commentRead More
Il était une fois, Le nouveau serveur et le test de charge

Il était une fois, Le nouveau serveur et le test de charge

Wololo,

Partie 1 : Présentation de proxmox et de la virtualisation
Partie 2 : Configuration du réseau interne
Partie 3 : Un petit Stress test pour la route
Partie 4 : Quelques optimisations Webserver
Partie 5 : HTTPS et IPV6
Partie 6 : Le Monitoring
Partie 7 : Les Backup

Et voilà 3eme partie, qui celle-là sera bien plus courte que les deux autres, mais sûrement la plus fun.
Ça va consister à vérifier si ce qu’on a fait jusque-là roox du poney ou non, et voir quel est le point de faiblesse de cette infra.

Difficile de se concentrer sur le cablage …

Comment on test chef ?

Il existe plein de moyen compliqué pour faire de vrai stresstests, mais vu qu’on est faignant et qu’on va juste faire un ou deux tests, osef.
Allez, pour ça je vais vous présenter un site loadimpact.com qui va s’occuper de ça pour nous.
C’est un site payant, mais qui propose des comptes gratuits avec lesquels on peut déjà faire quelques tests sympathiques.
Pour schématiser, ce service utilise plein de VM situé chez amazon, et fait des requêtes sur votre siteweb pour en vérifier le comportement.
Il compile les résultats et vous fourni des graphiques clef en main, pas besoin de se faire chier.

Allez, c’est parti on va lancer un premier test, voyons ce que ça donne :

small_test

Et ça test … Et ça test …

Voici le détail : http://loadimpact.com/load-test/blog.ganbaranai.fr-1fdd577124e8d3878896760c9059e236

Alors, essayons de décrypter un peu tout ça, voici les infos les plus importantes :

  • SBU :Nombre de visiteurs simulé (ça reste des scripts, il ne font qu’imiter le comportement d’un visiteur).
  • Requete par Seconde
  • Tcp Connexion
  • Et le plus important de tous, « User load Time », le temps de réponse du serveur.

Si vous avez un système parfait, l’ « User load Time » doit être plat, du début à la fin du test peut importe l’augmentation du nombre de requêtes et de SBU.
Ça veut simplement dire que le temps de réponse du serveur reste stable et que celui-ci n’est pas submergé par la charge.
Comme on peut le voir plus haut, l’infra a l’air de tenir, et effectivement les serveurs ont l’air de se toucher la nouille coté graph proxmox.
Donc je pourrais me satisfaire de ça et me dire que mon blog à l’air de tenir facile pour 50 visiteurs simultanés (je ne les aurais sûrement jamais sur ce blog de toute façon :D)

22 août 20131 commentRead More
Il était une fois, Proxmox derrière une IP unique …

Il était une fois, Proxmox derrière une IP unique …

Amis du soir bonsoir,

Partie 1 : Présentation de proxmox et de la virtualisation
Partie 2 : Configuration du réseau interne
Partie 3 : Un petit Stress test pour la route
Partie 4 : Quelques optimisations Webserver
Partie 5 : HTTPS et IPV6
Partie 6 : Le Monitoring
Partie 7 : Les Backup

Voilà la suite du post d’hier sur proxmox et la virtualisation. Après la présentation, je vais rapidement présenter l’infra et les grandes lignes concernant la configuration.

J’aurai du l’appeler navi le datacenter 😛

L’infrastructure

J’étais pour le coup soumis à quelques contraintes externes, par exemple Kimsufi sur l’offre 2013 ne permet plus la prise en charge des IP-failover.
Cela aurait permis de faire pointer plusieurs IP sur un même serveur et ainsi de pouvoir attribuer une IP à certaines VM.

J’étais donc contraint d’avoir l’ip sur mon host et de devoir gérer moi-même le trafic entrant.
J’ai donc décidé assez simplement :

  • De mettre toutes mes VM en venet (donc sur un VLAN interne) et donc sans accès au net.
  • Ajouter une interface sur la machine Hote pour qu’elle puisse accéder au venet
  • Configurer la machine hôte pour autoriser le forwarding VLan<->Internet
  • Et finalement gérer les connections externe via du Nat et Iptables.

Donc depuis le réseau interne, les VM ont accès à internet sans problèmes.
Depuis internet, une IP (celle de la machine hôte) et en fonction des requêtes et du port utilisé on arrivera sur la VM adéquate.
Cela permet également de cacher son infra à des bots/robots qui tenterait de scanner les machines pour y trouver des failles.
Je vais donc vous décrire dans la suite de l’article, les différentes étapes permettant d’arriver à ce résultat.

Il était une fois, Proxmox ou la virtualisation pour les nuls …

Il était une fois, Proxmox ou la virtualisation pour les nuls …

Amis du soir bonsoir,

Allez comme promis hier, voilà un premier post à propos du nouveau serveur OVH et de sa configuration assez particulière.

Partie 1 : Présentation de proxmox et de la virtualisation
Partie 2 : Configuration du réseau interne
Partie 3 : Un petit Stress test pour la route
Partie 4 : Quelques optimisations Webserver
Partie 5 : HTTPS et IPV6
Partie 6 : Le Monitoring
Partie 7 : Les Backup

Pourquoi faire compliquer ?

Comme d’habitude,  j’allais prendre par facilité une debian et tout réinstaller as usual (faut pas changer les petites habitudes).
Mais en voyant le travail nécessaire pour la migration, reconfiguration & co … (c’est un serveur qui a 2ans 1/2 et qui a servi pour pas mal de projet perso ou non).
Je me suis dit qu’il serait bien de réfléchir à une solution de facilité pour les prochaines fois et accélérer les migrations et l’organisation du serveur.

La motivation de faire des migrations …

Je me suis donc renseigné et j’ai fini par arriver sur la virtualisation et le cloud.
Des mots qui auraient tendance à me faire un peu peur dernièrement vu l’utilisation abusive qui en est faite par les marketeux de tout poile.

Sur le papier, faire de la virtualisation sur un serveur, ça permet :

  • d’isoler les VM les unes des autres
  • la création/suppression de VM en moins de 5 minutes
  • mieux gérer les ressources et éviter qu’un process/système défaillant impacte toute la machine
  • pouvoir démarrer/arrêter ses VM selon ses besoins
  • pouvoir backuper/migrer des VM entières et les redémarrer en quelques secondes

Autant dire que ça parait plutôt pas mal sur le papier.
Après avoir lus de nombreux test/review je me suis finalement tourné vers Proxmox (open-source, gratuit et basé sur débian).
Jusque-là, mes principaux contacts avec la virtualisation étaient soit sous desktop (vmware, virtual box, wine), soit sous forme de VPS déjà préconfiguré.
Autant dire que je partais au combat équipé comme un touriste 😛

21 août 20132 commentsRead More