View Sidebar
Usagi Drop

Usagi Drop

3 août 2012 21 h 33 min0 comments

J’avais annoncé lors de la création du blog que je parlerai un peu de japanimation, mais par flemme je ne l’ai encore jamais fait.
N’ayant pas le temps et le courage de faire beaucoup de review (je dois tourner à plus de 10~15 séries par saisons).
Je ne vais aborder que quelques série bien précise et uniquement parmi celle qui m’ont marqué (c’est pour ça que j’ai tendance à faire mes review en retard avec pas mal de recul).

Daikichi entrain d’essayer de deviner la taille de Rin

うさぎドロップ (« Usagi drop » en anglais et « un drôle de père » en français) est une série TV diffusé en 2011 et produit par le studio Production I.G.
C’est l’adaptation d’un manga en 10 tomes déjà paru en france chez delcourt.

Synopsis

C’est l’histoire d’un trentenaire, Daikichi. Un salary man assez banale, qui découvre que son grand–père a eu une fille caché avant de mourir.
Rin, la petite de six ans se retrouve abandonnée après l’enterrement et aucun membre de la famille ne veut s’occuper d’elle.
C’est alors que Daikichi décide de la prendre en charge, de la recueillir chez lui et d’en devenir le tuteur légal.
Hors on ne devient pas père du jour au lendemain et c’est le début de nombreuses difficultés qui parsèmeront l’œuvre.

La série TV se concentre sur la première partie du manga où Rin est petite (6~8 ans) et daikichi totalement dépassé par la situation.
Devenir père du jour au lendemain n’est pas de tout repos, et encore moins pour un célibataire convaincu n’ayant aucune expérience des enfants.
Du jour au lendemain, il se retrouver à endurer des difficultés qu’il n’imaginait même pas quelques temps auparavant, et réalise qu’il a perdu un certain confort auquel il était habitué (aucune sorties, plus aucun temps libre, moins d’argent en fin de mois, …)
Mais malgré ça, il ne renoncera pas et continuera à se battre pour garder Rin et la protéger.

Mon Avis sur la série

Si je vous parle de Usagi Drop, c’est que cette série m’a vraiment marqué lors de sa diffusion et que je continue à la conseiller assez régulierement.
Là où je trouve cette série particulièrement intéressante, c’est l’approche choisi par l’auteur pour raconter son récit.
Pas de moralisme, de leçons de vies ou d’histoires mélodramatiques faciles et totalement improbables, comme on trouve dans de nombreuses séries familiales.
Non rien de tout ça, seulement une succession d’anecdotes du quotidien qui pourraient arriver à n’importe qui et qui.
L’histoire de cette famille se construit donc petit à petit à travers de petits événements (l’entrée à la crèche, la première maladie, …)

Je ne sais pas si ma situation de célibataire bientôt trentenaire m’a aidé, mais on s’identifie assez vite au personnage de daikishi.
La façon dont il se retrouve à gérer des problèmes auxquels il n’avait jamais pensé auparavant est assez amusante.
Il se retrouve totalement dépassé par les éventements et doit apprendre sur le tard comment gérer une enfant.
Au final il se retrouvera à faire des choix entre sa famille et son travail (jusque là sa principale réussite dans la vie, comme tout bon japonais).

Cette série apporte un regard assez réaliste et optimiste sur la société japonaise et l’éducation.
Ce ne sont pourtant pas des sujets qui ne me concernent, mais que je les ait trouvé bien traité.

Pour résumer

C’est une série que j’ai vraiment bien aimé. Le ton y est assez frais, calme et détendu et s’avère très reposant.
On alterne régulièrement entre les passages amusants et émouvants sans jamais se lasser de voir le duo Rin/Daikichi à l’œuvre.
Petit plus à Rin qui comme menma où d’autres perso avant, ne laisse qu’une impression : « Je veux la même à la maison ».

Je vous ait surtout parlé du fond, mais la forme est également très réussi. L’esthétique pastel et les animations collent parfaitement à l’ambiance générale de la série.
Et la bande son sait souligner les moments important sans en faire trop. Au final mon seul bémol serait l’OP de puffy amy que je trouve passable/oubliable (j’aime pas puffy en tant normal).

C’est rare mais pour une fois je vous conseillerai d’avantage la série TV au manga.
Cette adaptation est particulièrement bien mené et traite de la meilleur partie du manga, ce qui la rend prenante du début à la fin.
La suite du manga traite d’une période où Rin est bien plus grande (ado) et où les thèmes abordés change radicalement et vire dans le classicisme (histoires d’ado, premier amour & co).

++

Leave a reply


Trackbacks